• s-facebook
  • Twitter Metallic
 

Concept de globalité

Pour pouvoir appréhender la globalité de l'être humain, il nous faut comprendre une des choses essentielles que notre société oublie bien souvent, nous ne sommes pas que des corps physiques, nous sommes aussi une âme en incarnation, une histoire dans la continuité de nos ancêtres avec les bonnes et mauvaises choses transmises directement ou au travers de non-dits. Nous sommes aussi constitués d'un fonctionnement conscient et d''un fonctionnement inconscient d'où partent la plupart du temps nos dysfonctionnements. Mais à cela, nous pourrions ajouter aussi que nous sommes conditionnés par notre environnement naturel, social et professionnel et que nos émotions nous jouent souvent des tours face à l'adaptation à cet environnement.


En bref nous sommes des êtres complexes, peut-être un peu perdus dans notre quête d'accomplissement, mais, en perpétuelle recherche de mieux-être.
Car oui, chaque être humain n'a de cesse tout au long de sa vie de vouloir le meilleur pour lui et par moment pour les autres.

Pour appréhender notre globalité je vais essayer de faire un petit descriptif de chaque système. Vous prendrez ainsi la mesure de notre complexité et trouverez peut-être des moyens et des zones d'action pour créer votre développement personnel et ainsi être en cohérence avec votre chemin de vie.

Ce que vous allez lire un peu plus loin pourra peut-être vous interroger, parfois vous choquer, alors en aucun cas vous ne devez prendre cela pour une vérité absolue. Je vous exprime ma vision de l'homme, fruit de mon expérience personnelle et professionnelle  afin de vous aider au mieux dans votre évolution pour un retour à l"'équilibre et au bien-être. Alors je vous demande d’œuvrer de discernement lors de cette lecture, Ne prenez que ce qui vous parle profondément et laisser le reste.

 

 

 
 

Nos origines :

 

Partons du principe que nous sommes des êtres en évolution, ce qui veut dire que nous devons grandir et apprendre de nos expériences, afin d'être meilleur à la fin de notre vie.

Je commence par un gros morceau car il touche les croyances profondes de chacun, et comme elles sont différentes vu notre unicité, je vous demande une certaine ouverture d'esprit pour appréhender au mieux ce qui suit.

Vous êtes vous, un jour posé la question du sens de la vie ? Alors oui certain parmi nous ont des convictions religieuse, familiale etc... Quand je parle de nos origines, je pense à plusieurs choses : à nos parents, nos ancêtres et notre généalogie d'une part, mais aussi à cette partie qui existe avant notre naissance et après notre mort, décrite dans la plupart des religions et des courants ésotériques, et que je me permettrai de développer dans le chapitre intitulé « le monde énergétique ».

Maintenant, pourquoi nos origines sont-elles importantes dans notre globalité ? Aujourd'hui la science a déjà établi que notre filiation et la transmission de gènes de génération en génération transfert d'un individu à un autre des potentiels mais aussi des dysfonctionnements.


Alors oui, nous sommes conditionnés, par notre filiation et nos gènes pour la partie physique mais aussi par les non-dits ou les transmissions orales pour la partie comportementale et psychologique, cela est prouvé depuis longtemps que des transmissions vécues, entendues ou comprises peuvent affecter un certain nombre de choses dans notre construction et notre vision du monde.


Pour appréhender notre globalité nous devons donc composer avec notre histoire et celle de nos ancêtres.

.

 
 

Notre environnement :

 

Parmi les choses qui influencent notre existence se trouvent notre environnement, je parle bien évidemment de plusieurs sources possibles à prendre en compte. Ce qu'il est important de comprendre ici c'est que nous sommes tous individuellement rattachés à un ou plusieurs inconscients collectifs, je m'explique : chaque ethnie, chaque pays ou bien encore chaque famille à une façon qui lui est propre de concevoir le monde qui l'entoure est donc de fabriquer un certain nombre de croyances quelles soient porteuses de valeurs sûres ou très limitantes. Lors de notre naissance, nous sommes automatiquement liés à l'inconscient collectif de notre pays, de notre ethnie et même de notre famille.

Le simple fait d'être un homme ou une femme modifie nos perceptions et nous ne sommes absolument pas rattachés aux mêmes inconscients collectifs si nous sommes l'un ou l'autre.

Aussi, quand on veut comprendre la globalité d'une personne, sa façon de concevoir le monde nous ne pouvons le faire sans prendre en compte son environnement direct, comme le lieu où elle vit, le climat politique dans lequel elle évolue mais aussi au niveau sécuritaire si cette personne grandit et se construit en temps de paix, en temps de guerre, si elle vit des tensions familiales ou professionnelles etc...

Mais il est aussi important de prendre en compte son environnement indirect c'est-à-dire son inconscient collectif auquel elle est rattachée (pays, ethnie, religion etc.). Et puis bien évidemment quand on parle d'environnement, il y a l'environnement affectif si important, est-ce que nous nous sentons aimés, reconnus ? De même, est-ce que nous nous sentons utiles d'une manière personnelle ou professionnelle ? Est-ce que nous sommes bien avec nos amis, notre famille ? Y a-t-il des conflits ou bien encore des insécurités financières matérielles ou physiques ?

La globalité d'un individu est bien évidemment conditionnée par l'environnement dans lequel il évolue.

Le monde énergétique :

Voilà bien un chapitre compliqué à appréhender car nous sommes tous issus de croyances différentes au sujet du monde énergétique qui nous entoure. De nouveau, je vous livre ma vision personnelle et issue de mon expérience, de mes lectures, de mes formations et de mon ressenti.


Si l'on considère que la vie nous sert à grandir, à expérimenter voire même à épurer, nous pouvons envisager qu'il y a une raison à cela, alors, sans rentrer dans les croyances religieuses, je pense qu'il y a un avant vie et un après vie.


Je pars donc du principe que nous sommes des âmes qui se sont incarnées sur terre pour vivre et grandir des expériences plus ou moins compliquées afin de permettre à notre âme de s'élever petit à petit. Nous sommes donc, au niveau de notre âme, remplis de ressources et d'expériences qui influencent directement ou indirectement nos vies. Ainsi au travers de nos incarnations, nous grandissons plus ou moins vite en fonction de la difficulté de celle-ci. En effet nous pouvons choisir, afin d'aller plus vite, une incarnation plus compliquée qui pourrait facilement nous permettre de grandir plus vite au niveau de notre âme.

Considérer le monde énergétique dans notre globalité va nous servir à établir ce qu'une personne est en train de travailler ou, de dépasser ou bien encore en ayant une vision globale de sa vie pouvoir donner un sens à celle-ci, ce qui aidera à comprendre les événements que l'on a vécus et à donner un sens aux traumatismes que l'on a subis etc.


Pour continuer à parler du monde énergétique, il faut considérer que cette âme est incarnée sur différents plans. Il y a bien sûr le plan physique qui est notre corps et puis il y a le corps éthérique qui se trouve être un prolongement de notre corps physique dans l'énergétique, corps dans lequel viennent agir les magnétiseurs et les praticiens reiki.

Puis viennent des parties plus subtiles que je détaille dans un autre chapitre qui s'appelle justement les corps subtils ou l'aura. Nous y retrouvons le corps émotionnel, le corps mental, le corps causal et bien d'autres encore.


Et puis tout le monde a entendu parler des centres énergétiques que l'on appelle chakra. Ce sont des ponts entre le monde énergétique et notre corps physique, c'est pour cela que dans toutes les traditions orientales des sciences comme la médecine traditionnelle chinoise ou la médecine ayurvédique nous allons regarder l'état de notre énergie pour diagnostiquer un état physique.

Donc sans aller trop loin (les petites vidéos expliqueront la suite sur le blog) il est important de prendre en considération notre état énergétique et notre chemin de vie pour avoir une vue globale d'un individu.

 

L'inconscient :

Pour commencer, définir l’inconscient est certainement aussi compliquer que de définir l’espace lui-même, nous en connaissons une partie, nous supposons et émettons un certain nombre d’hypothèses sur une autre grande partie, mais il ne faut pas oublier que nous en ignorons encore beaucoup.

 

C’est donc ma vision de ce que Freud appelait la « conscience obscure » que je vais retranscrire ici. Pour Freud le terme d’inconscient désignait des processus psychiques spécifiques, qualitativement différents des processus conscients. Il exprimait qu’il n’y a pas de continuité mais une coupure radicale avec la conscience.

 

Donc afin d’appréhender au mieux cette notion d'inconscient, nous pouvons faire une antithèse schématique entre le conscient et son antagoniste. La conscience est une faculté mentale qui permet d'appréhender les phénomènes extérieurs, intérieurs et plus généralement sa propre existence. Il peut fonctionner de façon équilibrée ou carrément névrotique, selon les liens plus ou moins harmonieux qu’il nourrit avec l’inconscient. Ce qui veut dire qu’une personne consciente a une perception d’elle-même, des autres et de son environnement (par le biais des sentiments et des émotions) qui lui permet d’interagir avec le monde qui l’entoure, cette perception dont notre conscience se sert pour nous faire avancer et atteindre nos buts, est influencée par nos sens et nos ressentis, ce qui reste très subjectif (un évènement commun n’est généralement pas perçu de la même manière).

 

On pourrait dire aussi que, si nos expériences sont conscientes, elles s’inscrivent aussi dans notre inconscient et influencent nos réactions futures. Se rajoute à cela la notion de bien et de mal, ainsi que le discernement qui y est lié.

L’inconscient quant à lui est comparé à la partie immergée de l’iceberg (image bien connue de la représentation proportionnelle du couple conscient et inconscient) qui montre une surface immergée à 80-90%, et par allégorie nous comprenons que sans cette immense surface immergée, les 10-20% restant n’auraient aucun équilibre et seraient très instables.

 

L’inconscient  nous soutient à tout moment, il est un allié puissant qui nous aide à sous-traiter énormément de tâches. Le nombre de processus qui se font de manière inconsciente est impressionnant. Il est un système complètement automatisé et se construit  (principalement dans la petite enfance) grâce à nos expérimentations de vie, notre environnement, nos mémoires trans-généalogiques mais aussi notre éducation à travers les conceptions, les valeurs et le vécu de nos parents. L’inconscient fonctionne de manière à ce que certaines perceptions ou situations  donnent naissance à des réactions automatiques. C’est à dire que si l’inconscient reconnaît une situation et (ou) une perception comme déjà connue, entendue ou vécue par le passé, alors pour gérer cela il va mettre en route une réaction apprise qui sera devenue automatique.

suite ici

 

Les émotions :

Les émotions sont des manifestations psychophysiologiques de l’être humain en réaction à des événements internes (propres à lui-même) et externes (l’environnement qui l’entoure). Elles permettent de communiquer de façon non verbale, et sont très importantes dans nos relations sociales. Elles sont d’ailleurs le premier mode de communication, avant le langage, car leur présence est inévitable.

  • Les émotions de base

Les émotions de base, dites également émotions primaires, sont universelles et innées. Elles s’expriment par des manifestations viscérales qui sont donc invisibles, mais également par des manifestations faciales que chacun est en capacité de reconnaître et qui transmettent à notre interlocuteur des ressentis internes. En effet, ces expressions seront les mêmes entre plusieurs personnes de culture, d’âge ou de sexe différents.

Selon les courants en psychologie, il n’y a pas le même nombre d’émotions de base. L’analyse transactionnelle parle de quatre émotions, à savoir la tristesse, la peur, la colère, et enfin la joie. D’autres ajoutent la surprise et le dégoût. Mais quelles sont leurs utilités ?

Tout d’abord, la tristesse survient en réponse à une perte ou un manque, et nous permet de l’accepter.

La peur prévient d’une menace et active notre état d’alerte.

La colère, quant à elle, est une réaction défensive qui met le corps en position d’attaque.

La joie survient lorsque nos besoins sont assouvis.

Ensuite, la surprise peut être soit positive, soit négative.

Enfin, le dégoût nous protège des infections mais aussi des actes immoraux, et influence nos comportements.

Les émotions de base sont à l‘origine de la construction des autres émotions.
 

  • Les émotions élaborées

Les émotions élaborées, ou émotions secondaires, résultent de l’apprentissage des émotions de base, notre environnement, notre vécu et nos expériences personnelles. Elles se développent durant l’enfance, et aboutissent à l’âge adulte. Elles répondent à une émotion de base, et peuvent la masquer.

En effet, une émotion secondaire peut apparaître et être visible en premier lieu chez un sujet. Cependant, celle-ci vient se substituer à une émotion de base qui est perçue comme inacceptable par la personne.

Il est parfois difficile d’avoir conscience de la manifestation d’une émotion de base, c’est pour cela que les émotions secondaires peuvent facilement passer au premier plan. Par exemple, suite à une rupture sentimentale, une femme peut témoigner du mépris à son ex-compagnon, car elle ne se donne pas le droit de ressentir de la tristesse.

Par ailleurs, les émotions secondaires peuvent aussi être un mélange d’émotions primaires qui endurent quelques modifications. Par exemple, le mépris est une combinaison de la colère et de la peur d’exprimer celle-ci.

Aussi, l'état émotionnel d'une personne fait partie intégrante de sa globalité. L'individu pris dans l'émotion de la tristesse ou de la colère ne va pas réagir de la même manière à une question donnée.

 

source

 

Le corps physique :

 

Il est intéressant de prendre le point de vue de l’âme pour décrire le corps physique dense. Nous adopterons un regard qui va du haut vers le bas, c’est-à-dire de l’homme spirituel (l’âme) vers l'homme dense (le corps physique). 

De ce point de vue, le corps physique dense est le véhicule qui permet à l’âme tout au long de son évolution, d’agir, de réagir, de vivre des expériences, d’expérimenter et donc d’évoluer sur le plan physique. Sur la courbe évolutive, à travers les fonctions que le corps physique possède, il offre à l’âme la possibilité de s’exprimer et de rayonner sur le plan physique.

Le corps physique dans sa partie la plus dense est décrit comme réceptif (ou négatif) par rapport au corps émotionnel, lui-même négatif par rapport au corps mental. Cela signifie que le corps physique constitue en quelque sorte un tableau d’affichage par rapport à l’état du corps émotionnel. Le corps physique dense est dit ne pas être un principe, ce qui signifie qu’il n’est en lui-même la cause de rien, mais la conséquence de tout.

Pour résumer, le corps physique est la finalité de notre globalité c'est-à-dire que c'est lui qui va exprimer le dysfonctionnement où qu'il soit. Que le problème vienne de l'environnement, de l'incarnation, d'une émotion forte ou bien encore d'une protection inconsciente c'est le corps physique qui en manifestera la présence en fabricant un symptôme là où le corps est le plus fragile et où il est en rapport avec l'émotion générée.

Pour information le corps physique représente environ 7 % de notre globalité


C'est ici qu'intervient le décodage biologique ou la science qui permet, par rapport aux symptômes, de décrypter l'émotion ou la croyance perturbatrice.

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now